Aiguille du Midi, une vue imprenable sur le Mont Blanc



L'Aiguille du Midi se situe dans le massif du Mont-Blanc. Culminant à 3 842 mètres, elle est la plus haute des aiguilles de Chamonix. Sur le sommet principal s'élève une tour, portant des antennes de télécommunication, qui représente le point culminant actuel.

L'aiguille est le point d'arrivée d'un téléphérique — le téléphérique de l'aiguille du Midi. Sa gare supérieure est située à 3 777 mètres d'altitude. L'aiguille abrite le plus haut centre d'émission hertzien de France. Elle est le point de départ de la descente de la vallée Blanche et de la télécabine Panoramic Mont-Blanc qui traverse le glacier du Géant jusqu'à la pointe Helbronner sur le versant italien à 3 462 mètres, avec sa vue imprenable sur la vallée d'Aoste et tout le Piémont.


Le téléphérique actuel, le téléphérique de l'aiguille du Midi, construit par le promoteur turinois Dino Lora Totino, a été édifié en seulement 5 ans de 1951 à 1955.

Le 29 juin 1949, pour convaincre de la faisabilité du projet de téléphérique — à


l'époque le plus haut et le plus long du monde (3 kilomètres sans pylône) — six guides chamoniards et valdôtains descendirent la face nord au bout d'un câble qui fut ensuite tendu entre le sommet et le Plan de l'Aiguille. La télécabine Panoramic Mont-Blanc a été construite dans la foulée. Elle survole la vallée Blanche et rejoint le téléphérique qui relie depuis 1946 les environs de Courmayeur, au niveau du refuge Torino.


Face au mont Blanc et surplombant la vallée Blanche, le site de l'Aiguille du Midi offre une vue majestueuse sur les principaux sommets de plus de 4 000 mètres français, suisses et italiens, dont le Cervin, le mont Rose, les aiguilles de Chamonix, les Grandes Jorasses (4 208 mètres), l'aiguille Verte et les Drus, le dôme du Goûter (4 304 mètres) et bien sûr le mont Blanc (4 809 mètres).

Au nord, la vue plongeante sur Chamonix-Mont-Blanc est spectaculaire, alors que le panorama s'étend sur de nombreuses régions montagneuses, dont le massif des aiguilles Rouges au premier plan, les Aravis, le Chablais, le Genevois, le Jura, la Chartreuse. Des terrasses d'observations et tables d'orientations sont à la disposition du public.


Une cage en verre transparente suspendue sur la paroi, dénommée le « pas dans le vide», a été ouverte au public le 21 décembre 2013, permettant de procurer la sensation du vide aux visiteurs, face au mont Blanc, aux aiguilles Rouges et à la chaîne des Aravis.

La sécurité est assurée par la société Dania-Vitrage qui a réalisé le projet. La cage vitrée, au sol, au plafond et sur trois faces verticales munies d'un vitrage de 36 mm d'épaisseur, peut supporter 1 500 kg et résiste à des températures de −40 °C et des vents de 220 km/h.



5 vues0 commentaire